BOBECO – BLOG SCIENTIFIQUE (LEG1) Français

Résumé de BOBECO:

Les coraux profonds se développent dans des conditions extrêmes par faible température, sans lumière et par des profondeurs de 300 à 2000 m. Leurs récifs peuvent atteindre des centaines de m de long et des dizaines de m de haut et constituent la base d’un écosystème riche et complexe, dont l’évolution se mesure en milliers d’années.

Ces milieux fragiles sont actuellement menacés à court terme par les activités humaines, notamment la pêche des poissons de profondeur, et à moyen terme par l’acidification de l’océan provoquée par le changement global. Dans le cadre du projet européen CoralFISH les équipes françaises réalisent deux campagnes, concernant le Golfe de Gascogne où la cartographie de l’habitat reste à réaliser et à l’Ouest de l’Irlande. La campagne BobGeo, Bay Of Biscay – GEOlogy, a permis en 2009‐2010 une cartographie à haute résolution de 3 zones typiques des canyons et interfluves du Golfe de Gascogne où des coraux ont déjà été prélevés. L’analyse détaillée est en cours afin de déterminer les caractéristiques géologiques, sédimentaires et hydrologiques des « paysages » sous‐marins contrôlant la distribution spatiale des coraux et a permis la sélection de cibles pour la seconde campagne. La campagne BobEco, Bay Of Biscay – ECOlogy, dont l’objet est l’étude à très haute résolution de la structure spatiale des communautés associées à l’écosystème corallien et sa caractérisation génétique, chimique et microbiologique, ainsi que la présence des poissons profonds. L’impact de la pêche sur les communautés et sur la structure génétique sera estimé.

De plus la campagne fournira des informations complémentaires à la sédimentologie et prévoit d’échantillonner des coraux fossiles pour des études de géochronologie et de géochimie, afin de mieux caractériser la vulnérabilité passée des écosystèmes.

Figure 1. Zone d’études BobECO : Du canyon d’Oléron au sud au mont carbonaté Logachev au nord.

Ce blog est dédié à l’avancement des opérations et échantillonnages scientifiques au cours de la mission BobECO.

Norbert Frank

10 – 9 – 2011

Départ de Brest vers le Canyon de Guilvinec pour une levée de topographie haute résolution des écosystèmes coralliens, puis le déploiement d’instruments sur le fond de mer proche des sites de plongées du Victor6000.

Norbert Frank

11 – 9 – 2011

La journée  a commencé par l’annulation de la première plongée du ROV  liée à un problème technique lors de la descente ! Le déploiement de l’ADCP a été retardé par une poulie qui bloquait. Un début difficile mais les problèmes ont été résolus. A la fin de la première journée le mouillage de l’ADCP a été réalisé dans le Canyon de Guilvinec (cf Figure 2), afin de caractériser les propriétés physico chimiques des masses d’eau à proximité du récif. Un « Lander » (Figure 3) a été posé. De plus il est équipé d’une sonde CTD qui mesure des paramètres physico-chimiques de l’eau de mer.Cet appareil équipé de caméras et d’un appât attire les poissons pour permettre de l’identifier les espèces présentes dans la zone du récif. Entre la première plongée manquée et la seconde des levée topographique ont été réalisées pour compléter les cartes bathymétriques réalisées pendant la campagne soeur BobGEO. La deuxième plongée a débuté dans la nuit avec le but de survoler le canyon avec le ROV impliquant la camera OTUS pour une observation cartographique du fond en blanc et noir à distance de 10m. Le mouillage du courantomètre ADCP et le principe du « Lander » sont montré dans les Figures 2 et 3.

Figure 2 : Mouillage ADCP réalisé dans le Canyon de Guilvinec.

Figure 3. Lander pour l’identification des espèces de poissons.

Norbert Frank

13 – 9 – 2011

Au cours de la journée nous avons récupéré un piège à particule posé il y a un an par Alexis. Le piège et le mouillage ont été très fortement colonisés par des divers organismes marines telle que les bryozoaires, anémones, et hydrozoaires (Figure 4).

Figure 4. Piège à particule et ses colonisateurs.

La plongée du ROV pour la topographie haute résolution et la cartographie par camera OTUS s’est terminée avec une grande quantité de donnés à traiter pour obtenir une carte de bathymétrie haute résolution du fond et une mosaïque de photos noir et blanc des zones survolées.

Norbert Frank

14 – 9 – 2011

Cette nuit nous avons transité vers le site Bob3 (Canyon d’Oléron) pour des plongées exploratoires de courte durée afin d’établir la présence ou non de coraux dans les parties explorées, puis la pose d’une Benne Hamon. Pendant la plongée d’exploration sur ce canyon, aucun récif de coraux constructeur telle Lophelia pertusa et Madrepora oculata n’a été observé. Par contre, des taches de coraux isolés, particulièrement de gorgones, puis des éponges ont pu être observés.  Les séminaires scientifiques commenceront à partir du 15 – 9 – 2011, chaque participant pourra y détailler ses projets et ses objectifs pendant cette campagne. Les prélèvements de coraux s’annoncent, la réunion a donc permis de clarifier la stratégie commune d’échantillonnage et de traitement en laboratoire.

Norbert Frank

15 – 9 – 2011

Pendant cette nuit du 14 au 15 la plongée exploratoire 466-4 a permis d’observé le canyon d’Ars pendant 8h. Aucun « récif » n’a été localisé et très peu de vie a été observée.

Norbert Frank

16 au 17 – 9 – 2011

Aujourd’hui le ROV a été déployé pour la première fois dans le Canyon Croizic (Plongée 468-06) dans la région BOB 2. Au départ, nous avons exploré le canyon aux profondeurs entre 1100-840m. Des récifs significatifs ont été observés pendant cette plongée. Des impacts nets, de seize mètres de large, de traits de chalut ont été observés et marquent le récif par une bande « rasée » recouverte de débris sur 16 mètres de large et une longueur que nous n’avons pu estimer durant la plongée. Du matériel de pêche, comme filet et chaînes, ont également été observés (Figure 5).

Figure 5. La région pêchée (en bas) adjacent au récif de corail dense (en haut). Les débris de corail et le matériel de pêche sont montrés dans l’image du bas.

La plongée exploratoire a été suivie par une plongée d’échantillonnage. Les organismes ont été recueillis entre 840 et 650 m. Plusieurs types d’échantillons ont été recueillis. Les collections systématiques des espèces structurantes de L. pertusa et de M. oculata et de leur polychète associé Eunice norvegica ont été réalisées pour les études de génétique de populations et de microbiologie. La digestion des tissus pour l’extraction d’ADN a eu lieu immédiatement. Ces mêmes échantillons ont été utilisés par les membres de l’équipe pour étudier la chronochimie des corail L. pertusa et M. oculata.

La faune associée a été recueillie pour l’identification taxinomique. Les echinodermes ont été recueillis pour Angela qui étudie leurs contenus stomacaux. Le sédiment et des échantillons de roche ont été aussi collectés pour l’expertise géologique, l’eau de mer a été pour les études de microbiologie. Les études physiologiques in situ ont été aussi accomplis sur M. oculata et L. pertusa avec une chambre de respiration (CALMAR).

Angela Stevenson

17 – 9 – 2011

Après une plongée réussie qui a tenu les équipes occuppées de longues heures au laboratoire, le Lander de Thomas a été récupéré. Malheureusement, les cadres d’éclat n’ont pas fonctionné pendant le déploiement entier du Lander et donc les populations de poisson ne pouvaient pas être observées dans la région via le Lander.

Angela Stevenson

18 to 19 – 9 – 2011

Aujourd’hui une plongée avec le ROV a débuté dans le Canyon du Guilvinec (Plongée 469 – 7) dans la région BOB 2. Cette plongée devaient fournir une enquête chromatique pour accompagner les images SMF et MMR OTUS obtenue pendant une autre plongée dans le Canyon Guilvinec. Pour les 42 heures suivantes l’échantillonnage a pris place dans les récifs denses séparés par des secteurs clairsemés ou « déserts ». Les observations physiologiques ont été de nouveau exécutées in situ. Les taux de respiration de L. pertusa et de M. oculata ont été mesurés avec le CALMAR. Les échantillons de microbiologie ont été obtenus pour déterminer la faune microbienne associée au récif observé. Le transect standardisé a été exécuté pour la cartographie d’habitat pour évaluer des populations d’invertébrés résidant dans les jardins denses de corail.  En plus des deux espèces récifales étudiées en génétique des populations, des invertébrés, comme des Antipatharires (corail noir) non identifié; Narella sur substrat dur et mou; octocoraux; éponges; et échinodermes ont été récoltés pour les études taxinomiques et écologiques.

Pour l’acquisition de données géologiques et la compréhension des processus à l’origine de la formation de ce récif, trois carottage Calypso ont été obtenus dans la région de corail. L’ADCP, qui a été déployé le 10 septembre, a été récupéré avec succès et a fourni des informations inestimables sur la salinité, la température et les courants dans la région.

La plongée sur le Canyon Guilvinec a révélé de larges et denses récifs de corail (Figure 6).

Figure 6. Le jardin dense de corail et la faune associée dans le Canyon Guilvinec.

Beaucoup de petits  invertébrés ont été capturés par l’objectif du ROV Victor, frâce aux scientifiques en quart qui déclenchent l’appareil à chaque curiosité. Deux ont révélé des images extraordinaire (Figure 7 et 8).

Figure 7. Squat lobster et crinoid sur corail.

Figure 8. Nudibranch sur Madrepora oculata.


Angela Stevenson

20 to 21 – 9 – 2011

Une plongée d’exploration et échantillonnage a été realisée dans le Canyon Lampaul (Plongée 470-8) dans la région BOB 1. Le but de cette plongée était de vérifier la présence de coraux, et d’obtenir du sédiment aux endroits différents sur le visage de falaise pour aider à décrire la geomorphologie de ce canyon.

La portion d’exploratoire de cette plongée a révélé des jardins intéressants de corail sur le mur du canyon (Figure 9). Les organismes qui n’avaient pas auparavant été observés pendant BOBECO ont été capturés et préservés pour les études taxinomiques. Quatorze heures de la plongée a été consacrées aux prélèvements géologiques et biologiques. L’image vidéo standardisée du fond a été capturée pendant les 12 heures suivantes. Cela permettra l’observation et l’identification d’invertébrés pour nourrir la cartographie d’habitat.

Figure 9. Les invertébrés observés sur le mur de Canyon Lampaul.

Angela Stevenson

22 – 9 – 2011

RV Pourquoi Pas a entrepris un transit de 17 hrs pour se rendre à Brest pour une escale du 22 à 18h jusqu’au samedi 24 septembre, nous appareillerons à 7h pour le second leg.

Angela Stevenson

One Response to BOBECO – BLOG SCIENTIFIQUE (LEG1) Français

  1. Pingback: Scientific blogs from BobEco now available… | CoralFISH's Cruise Blog

Comments are closed.